Rss Feed
  1. de la pourriture de three mobile

    mercredi 30 mai 2012


    Disclaimer : je ne suis pas responsable de ma mauvaise humeur. Et aussi il y a plein de gros mots dans cet article.


    J’ai essayé QUATRE FOIS de désimloquer mon portable de chez Three Mobile (de merde).

    1 – Je suis allée, guillerette, à la boutique sur Princes Street. On m’a envoyé chier (comme toujours dans cette boutique d’amour où les vendeurs sont à peu près les pires personnes sur terre)(je comprends pas comment ils sont encore en vie tellement ils insultent les gens, limite quand je me sens trop bien j’y vais pour redescendre un peu sur terre). On m’a répondu « non mais vous êtes débile, ça se fait par téléphone ». OKAY. SUR LE SITE C’EST ÉCRIT QU’IL FAUT ALLER EN BOUTIQUE. BON.

    2 – J’appelle une première fois le call center indien d’amour slash accent à couper au couteau. Après trois tonnes d’étapes débiles à taper des dièses et autres joyeusetés, on me dit que pas de problème pour débloquer mon téléphone, ils m’obtiennent un code et puis… « il faut que vous aillez un numéro de téléphone chez un autre opérateur pour qu’on vous appelle dessus ». OKAY. TOUT MON IMMEUBLE EST PARTI MAIS BON.

    3 – Je rappelle 3 jours plus tard avec le portable d’une copine à proximité. Après être repassée par le call center de merde et avoir tapé douze mille étoiles et autres slash de merde sur mon portable, et répondu à des questions incompréhensibles bicoz accent indien DE MERDE on me dit que ah non, il faut un numéro de téléphone alternatif BRITANNIQUE. OKAY.

    4 – 2 jours plus tard, je me fais pas avoir cette fois-ci, j’appelle avec à proximité le numéro d’une autre copine, qui a un portable britannique. Et là, avant même de me demander ce numéro de portable, on me demande de payer pour obtenir le code. Okay. Donc on me demande mon numéro de carte de crédit et.. AH NON IL FAUT UNE CARTE DE CRÉDIT QUI DÉPEND DU MÊME CODE POSTAL QUE CELUI QUE J’AI DONNE QUAND J’AI ACHETÉ MON TÉLÉPHONE. Comme j’ai désactivé mon compte Britannique il y a deux jours, et bah je suis cuite.



    Voilà, donc tout ça pour dire que N’ALLEZ PAS CHEZ THREE MOBILE (de merde), parce que ok c’est pas cher mais ils sont pas aimables sérieux j’ai jamais vu ça, des fois y a des gens qui en viennent aux mains avec les vendeurs dans la boutique, et EN PLUS c’est des gros bâtards de sa race. En gros. VOILA. OUI JE SUIS VÉNÈRE. ET J’AI RENVERSE MON FRAPPUCCINO SUR MON LIT TELLEMENT ILS ME SAOULENT. Et sérieux, encore un appel à ce serveur de merde et je connais leur texte par cœur, bordel.

    Et en rentrant je vais me pointer comme une fleur à Barbès et les mecs ils vont me débloquer mon phone en 30 secondes pour 10 euros, et avec le sourire (dans mes rêves). Et en plus au passage je vais récupérer des flyers pour aller chez la voyante/le médium/mégabambou. TOUT BENEF.


    P.S. : J’ai rien contre les indiens, la preuve : je kiffe le poulet au curry.
    P.P.S. : Big-up à tous les mecs du call center vu que j’ai dû tous mes les faire, ils sont probablement payés 0,1 centimes par heure de travail mais font preuve d’une grande stoïcité face à ma mauvaise humeur et mes « ZIVA C’EST RELOU » qu’ils doivent pas comprendre.



    Les keywords de cet article sont : Three mobile erasmus naze arnaque sos allez chez orange vive le café accent indien prout coucou tu veux voir ma
    |


  2. Day 1

    lundi 28 mai 2012

    Je suis en possession de livres pour mon mémoire

    WAR IS COMING




    |


  3. vendredi 18 mai 2012

    Un intermède pas Turc pour vous présenter enfin mes colocs, vu qu'il nous a fallu 8 mois pour nous décider à prendre des photos de groupe. Voilà donc le résultat de notre tea party du jour. BANZAI.


    Pooja, votre fidèle serviteur, Sarah, Amanda, Ellen
    On avait mangé du gâteau
    En fait ça c'est pour vous montrer l'état de la cuisine (la femme de ménage a tout rangé hier)(oui on a une femme de ménage)(on en a bien besoin parce qu'on forme une belle équipe d'incapables)(et oui on a l'air bête)

    |


  4. Mardi, les photos parlent d’elles-mêmes.




    Le soir on a mangé des pide trop bons qui sont des genre de machins avec des trucs dedans.  Et des borek aussi, qui sont des genre de trucs roulés avec des epinards. OM NOM NOM NOM
    |



  5.                Lundi on a commencé par aller à la fac parce que Marie avait deux cours. Un cours d’histoire, et un cours dont j’ignore le sujet vu qu’on a juste bu du thé en discutant. Enfin on a bu du thé et discuté pendant l’autre cours aussi. Dans la fac il y’a des étudiants qui sont payés pour apporter le thé aux profs sur des petits plateaux, et je jure que le jour où on a ça à P4, j’arrête de me plaindre. Les bâtiments sont au bord d’un lac, tranquillou, et aussi le réfectoire est pas cher, c’est le bien. JE CONFIRME LES PROPOS DE MARIE, IL Y A EN EFFET DES MACHINES A SOUS DANS L’ENCEINTE DE LA FAC, DES MACHINES A ATTRAPER DES NOUNOURS MEME. Et elles occupent effectivement les seules prises disponibles. CULTURE SHOCK.

                       Aussi , pour aller et revenir de la fac on a pris un DOLMUS, et c’était trop bien. Comme Marie l’a déjà expliqué ce sont des genre de mini-bus un peu rustiques, qui servent de taxi mais ont un trajet prédéfini. Ils vont VITE.

    L'interieur d'un dolmus, avec la porte qui ne ferme que dans les bons jours.
                    Je n’ai pas eu la chance de monter dans un dolmus plein à craquer, mais on a eu notre dose d’aventures, quand on a voulu se rendre au terminal de bus et qu’il n’y avait pas de dolmus qui allait dans cette direction. Pour une sombre raison que j’ignore on a eu un dolmus pour nous toutes seules, pour le même tarif. Et le conducteur a mis du Rihanna parce qu’il a pensé que comme on était des filles pas turques, on ne devait pas écouter Tarkan (FAUX).



                   Après on a voulu attraper un bus pour Iznik et on l’a raté, on s’est donc rabattues sur Karasu. C’est la meilleure idée qu’on ait eue de notre vie, environ. Cette « ville » est démentielle. On se serait cru au Texas slash Mexique combo Sarajevo. Ce n’était pas exactement ce à quoi on nous attendait vu qu’un pote de Marie nous avait vendu la chose comme une « station balnéaire », mais dans les faits c’était MILLE FOIS MIEUX. On a été accueillies direct par un parc d’attraction abandonné, tout croulant et rouillé, en mode Silent Hill. Après, on est allées sur la plage, qui était positivement dégueulasse, avec un milliards de trucs abandonnés dans le sable. La croisette (lol) était bordée de cafés/restaurants pour touristes en ruines, et ceux qui étaient ouverts (un miracle vu que la ville était déserte) vendaient des glaces magnum périmées. Et de la viande verte.

    Dans les rues pas goudronnées passaient à fond des bandes de Hell’s Angels  de 12 ans sans casques sur des mobilettes plus vieilles qu’eux. 
    Youhou ! Notez le clown freaky en arrière plan. R.L Stine a dû s'inspirer de cet endroit.

    Globalement je dirai que les habitants avaient tous des têtes de PIRATES. Voilà. 

    Bref, vous aurez donc deviné que j'ai kiffé ma race cette journée de failitude controlée, et que KARAKARAKARASU c'est un peu le PARA PARA PARADISE. Mais faut pas y rester plus de 8h quand même.
    Disneyland local, clairement
    Et sur le retour on a vu passer des cygognes.

    Et v’la comme je vous bacle un article. Gros bisous. Ici il pleut, il y’a du vent, il fait moins de 10, mais les gens prennent quand même le thé en terrasse. SCOTLAND.

    PS : de retour à Adapazari on a longé un camp militaire et c’était rigolo parce que les gars ils rigolent trop pas didonc. J’aurai probablement profité de la situation un peu plus si j’avais pas eu UNE ENVIE DE FAIRE PIPI A CREVER. Et je m’en souviens 3 semaines plus tard, c’est pour dire. VOILA. AU REVOIR. 




    Des weshwesh locaux



    |